FORUM DES PECHEURS DE CARNASSIERS DE LA REGION TOULOUSAINE ET DES AUTRES.

 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
bricoleurre
Derniers sujets
» Usure fluorocarbone
Hier à 22:39 par Sisi

» VOTRE PÊCHE DE JUILLET
Hier à 21:59 par nakrul

» Autonomie batterie 7ah 12v powersonic
Ven 21 Juil 2017 - 19:38 par Sisi

» Déstockage leurres
Ven 21 Juil 2017 - 11:11 par Mikado

» Travaux Saudrune
Jeu 20 Juil 2017 - 21:06 par FemiKuti

» Spinnerbait Giant crusher illex
Jeu 20 Juil 2017 - 18:42 par kayaman

» Début en casting... Fluo ou nylon ou tresse ?
Lun 17 Juil 2017 - 20:45 par Nesta

» Nouveau dans le 31
Dim 16 Juil 2017 - 16:27 par Nesta

» Sorties à la volée
Jeu 13 Juil 2017 - 13:30 par Pêchatou

BLOGS
ASSOCIATION
CARNATOULOUSE-EVENEMENTS
 
FEDERATION PECHE 31
 
AAPPMA DE TOULOUSE
 
CARNARIEGE
 
B.L.P
 
JEAN PIERRE FISHING
 
TEAM GAULE APPARENTE
 
LE BLOG DE PACO31
 
VIGNOT
 
MATT
 
LE BROCHETON
 
TEAM NO FISH NO LIFE
 
THE BOUNTY FISHING BLOG
 

Partagez | 
 

 Les Jerkbaits Minnows

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nesta

avatar

Messages : 3925
Date d'inscription : 05/05/2008
Age : 45
Localisation : Banlieue Toulousaine

MessageSujet: Les Jerkbaits Minnows   Jeu 24 Nov 2011 - 18:29

Allez, un de plus.
J'ai réuni 2 articles. Il se peut que plusieurs choses soient redondantes. Désolé.
Mais il vaut mieux le répéter 2 fois plutôt que de ne pas le dire....




D’une forme élancée très caractéristique et muni d’une courte bavette, le jerkbait est un des leurres les plus appréciés par les pêcheurs français. Très facile à utiliser et disponible en plusieurs densités, c’est une arme simple pour déjouer la méfiance des prédateurs en dessous de la surface. C’est également un leurre très technique susceptible de se prêter à un jeu d’animations particulièrement subtile.

Dès le premier coup d’œil, il est très facile de reconnaître un jerkbait.
Sa forme très longue et sa bavette courte permettent une identification immédiate. Si les premières versions étaient taillées dans du bois léger, les nouvelles générations de jerkbait sont aujourd’hui construites dans des matériaux synthétiques. Cette particularité permet de concevoir des leurres très techniques, disposant de chambres à billes bruiteuses astucieusement réparties, et à l’équilibre parfait.

La plupart des jerkbaits sont des modèles flottants ou suspending. Cette dernière particularité signifie que le leurre a une densité proche de celle de l’eau et qu’en l’absence de récupération, il aura tendance à se stabiliser dans la colonne d’eau. Même si l’effet suspending peut être contrarié par les courants ou par le poids de la bannière, il est toujours bon de disposer de leurres qui évoluent à très faible vitesse dans la colonne d’eau. C’est même parfois préférable pour déclencher l’attaque des carnassiers.

UN LEURRE POUR LES EAUX SUPERFICIELLES DEGAGEES

Flottant ou suspending, le jerkbait n’est pas un poisson nageur qui pêche profond. Sa profondeur de nage est en effet variable mais se cantonne en général à moins de deux mètres sous la surface. Ces données sont généralement indiquées par les fabricants mais doivent cependant être vérifiées au bord de l’eau. Sachez que la profondeur d’évolution ne dépend pas uniquement de la taille du leurre mais aussi de sa densité et de la forme de la bavette. On peut avoir de ce fait des jerkbait de 12 cm qui pèchent à 30 cm de la surface et des modèles de 8 cm capables d’atteindre environ 1,5 mètre.

Certains distributeurs proposent des modèles coulants. Ces modèles permettent de pêcher très creux et sont donc a priori utiles pour solliciter des carnassiers bien en profondeur. Il faut cependant admettre que les modèles coulants ont une inertie qui rend leur nage beaucoup moins fluide et moins agréable à guider. Les modèles coulants ont donc une utilisation très spécifique, la recherche des carnassiers en profondeur, qui les classent inévitablement bien à part dans la famille des jerkbaits. Ils sont aujourd’hui concurrencés en pèche profonde par des leurres plus techniques. En fait, ils sont surtout intéressants pour pêcher les eaux courantes, donc plutôt adaptés à la recherche des salmonidés.

Un point très important mérite d’être signalé car il est déterminant quant à l’efficacité de ce leurre. Le jerkbait est un leurre qui émet peu de vibration en raison de sa petite bavette. La moindre herbe qui s’accroche dans la bavette, voire au niveau des triples, perturbe complètement sa nage et le rend inutilisable. Le Jerkbait est donc un leurre qu’il faut utiliser en pleine eau, au dessus des herbiers dans de l’eau peu profonde. Ce type de biotope correspond principalement à celui du brochet, du black bass et de la perche. Ce sont donc les proies que l’on recherchera en priorité avec ce type de leurre.

UN LEURRE A ANIMER POUR DES PÊCHES PRECISES

Le jerkbait n’est pas un leurre fait pour pécher l’eau. Au contraire, il est préférable de l’utiliser pour pêcher les postes, de manière très précise et en ayant une animation bien adaptée. La grande qualité du jerkbait, c’est en effet une palette d’animation incroyablement large. Toutes ces manœuvres ont pour but de faire passer notre petit jerkbait pour un vif complètement paniqué qui utilise une nage désordonnée et incohérente pour fuir le carnassier.

Sur des poissons en activité, on pourra utiliser par exemple une modèle flottant que l’on ramènera de manière classique. Cette récupération est particulièrement efficace avec des brochets ou des perches en chasse. Parfois, de petites pauses, qui permettront au leurre de prendre l’ascenseur vers la surface, créeront un mouvement propice à l’attaque.

C’est cependant avec les modèles suspending que l’animation du jerkbait devient réellement passionnante. Un petit coup sec du scion (quelques centimètres d’amplitude permet de désaxer le leurre qui part aussitôt de travers. Un autre petit coup de scion entraîne un mouvement inverse. En effectuant une animation très rapide, le leurre patine en avançant lentement. C’est plutôt spectaculaire mais c’est rarement le plus efficace. En fait, il est préférable de faire évoluer lentement le poisson nageur avec une animation plutôt cool. Les successions de twitchs (petit coup de poignet) pourront être entrecoupées de pauses plus ou moins marquées durant lesquelles il sera très fréquent de voir le carnassier attaquer. Quelques tirées un peu plus amples (les jerks) permettront de faire évoluer le leurre de manière rapide sur quelques dizaines de centimètres. Sur les modèles dotés de billes bruiteuses, qui constituent aujourd’hui l’essentiel de la gamme, ces longues tirées vont faire vibrer le leurre et tinter les billes internes. Cet effet sonore a toutes les chances d’alerter le carnassier qui, surpris, va parfois attaquer sans attendre. Plus souvent, cela le met en éveil et la touche intervient lors d’une phase d’animation un peu plus calme.

On peut également faire une animation essentiellement composée de tirées longues et de pauses marquées. Il est aussi possible de donner de la progressivité dans la vitesse de son jerk. Après une pause bien marquée, on peut tirer très lentement au départ de l’animation puis augmenter progressivement la vitesse du mouvement. Pour le carnassier, l’appât part doucement puis accélère un peu à la manière d’un poisson chassé.

Dites vous bien qu’avec toute cette palette d’animations et avec tous les jerkbaits disponibles aujourd’hui à la vente, ce leurre a encore de beaux jours devant lui. Toutefois, sachez ne pas en abuser et n’hésitez pas à changer de modèle, de couleur ou de forme régulièrement, car, parfois, un petit rien peut faire la différence.

Avec le jerkbait, il n’est pas inutile de faire plusieurs passages, surtout lorsque l’on pêche de vastes postes. J’ai en mémoire une pêche extraordinaire de brochets sur une queue d’étang peu profonde. Ce leurre, suffisamment discret, n’avait pas lassé trop rapidement les brochets sur un poste où il fallait pêcher discret et précis pour réussir.

COMMENT LE CHOISIR

Comme tout leurre que l’on promène dans les premiers mètres sous la surface, il ne faut pas négliger les aspects imitatifs de notre leurre. Dans de l’eau très claire, sous 50 centimètres ou un mètre d’eau, les carnassiers peuvent faire preuve d’une incroyable sélectivité tant sur l’aspect général que sur les couleurs. Connaître le poisson fourrage présent sur le site de pêche est un avantage bien souvent déterminant. Sinon, il reste l’observation qui vous permettra de repérer un banc d’ablettes, de chevesnes ou des rotengles pourchassés par des carnassiers, A vous alors de choisir parmi votre matériel le modèle qui semble le plus correspondre au besoin du moment.

En ce qui me concerne, j’adore les coloris firetiger (chartreuse rayé noir) et perche au printemps. Dans les eaux très péchées, les leurres plastiques qui offrent beaucoup de transparence à travers leur décoration ont une place de choix dans rna sélection. J’utilise des coloris assez vifs et peu conformes avec les robes des poissons blancs lorsque je souhaite obtenir des réactions rapides des carnassiers ou que ces derniers ont une place réduite pour gérer leurs attaques. Pour tout vous dire, lorsque les carnassiers ont le nez dans la végétation, il m’arrive d’utiliser des jerkbaits orange qui se voient particulièrement bien pour le carnassier et pour le pécheur.

LES COMPRENDRE, LES ANIMER

De tous les poissons nageurs aujourd’hui présents dans les rayonnages des magasins d’articles de pêche, ne fait aucun doute que le jerkbait figure toujours en excellente position. Sa ressemblance évidente avec le poisson fourrage donne toujours confiance au pêcheur et ses qualités péchantes sont de plus en plus développées. Pascal LEHÉRISSIER donne un coup de projecteur sur ce leurre surdoué et nous en dégage les tendances modernes.

Parmi tous les poissons nageurs que je possède, j’avoue que les jerkbaits occupent une place bien particulière. Pêcheur de brochets aux leurres dès mon plus jeune âge, je me suis d’abord intéressé de très près aux leurres métalliques. Utiliser cuiller tournante et ondulante devint rapidement pour moi un jeu bien maîtrisé. Je découvris un peu plus tard les poissons nageurs et comme de nombreux pêcheurs de ma génération, c’est avec des RAPALA que j’effectuai mes premières armes. Trois modèles eurent pendant de nombreuses années mes faveurs  : l’original flottant, le coulant et l’articulé. Il m’arrive d’ailleurs d’utiliser encore certains de ces modèles toujours aptes au service et bien efficaces. Reste que les possibilités offertes par la technologie moderne permettent d’obtenir des modèles haut de gamme à la nage particulièrement étonnante.


Le jerkbait présente une forme élancée. Sa longueur est très variable puisqu’il est possible de rencontrer des modèles de trois centimètres aptes à pêcher les truites ou les perches alors que les plus gros modèles peuvent mesurer jusqu’à 20 centimètres. Pour les carnassiers d’eau douce, les tailles qui nous intéressent le plus vont de 7 à 13 cm.
Un petit mot sur la bavette, toujours située côté tête du leurre dont la petite taille et l’inclinaison proche de 45° offrent une faible résistance à la traction et permettent d’atteindre uniquement les couches d’eau superficielles. Certains Jerkbaits disposent d’une très longue bavette et portent le nom de « longbill min-now ». Ils permettent bien entendu de pêcher plus profond. Leur action très spécifique mérite à elle seule une étude particulière.
La gamme de poids est également très variable. Les poids des leurres dépendent bien entendu de leur taille mais aussi de leur densité. On distingue classiquement trois densités différentes. Les modèles flottants ont une densité inférieure à celle de l’eau et restent donc à la surface lorsqu’ils ne sont pas animés. Les modèles coulants bénéficient d’une densité légèrement supérieure à celle de l’eau. La conséquence est évidente  : ils coulent lorsqu’on ne les récupère pas. Les modèles sus-pending ont une densité égale à celle de l’eau, c’est-à-dire qu’ils demeurent en suspension dans la masse d’eau lors d’une pause dans la récupération.
On n’insiste à mon avis pas assez sur cette notion de densité car elle détermine en grande partie la profondeur d’évolution du leurre. Il est vrai que la tendance moderne va vers des leurres dont la densité est très proche du sus-pending. Les modèles flottants remontent vers la surface à petite vitesse alors que les modèles coulants gagnent tranquillement le fond. En fait, cette densité assez proche de celle de l’eau est dictée par le souci des fabricants de proposer des leurres présentant de grandes qualités de navigabilité. Un leurre sus-pending ou de densité proche offre des possibilités d’animation beaucoup plus étendues qu’un modèle différent. Ceci est particulièrement vrai pour les modèles lourds, dont les qualités nageantes sont proches de celles dufer à repasser, mais dont il ne faut surtout pas nier l’intérêt si les poissons sont actifs en grande profondeur. De ce fait, la plupart des jerkbaits restent des poissons nageurs évoluant dans les couches d’eau peu profondes. Les modèles flottants et suspen-ding descendent généralement guère au-delà du mètre lorsqu’on les récupère. Les modèles coulants pèchent un peu plus creux et une récupération régulière les fait évoluer souvent à deux mètres de profondeur.

LE LESTAGE.

Cette importante recherche sur la densité idéale pour disposer de leurres présentant de multiples possibilités d’animation est obtenue par un travail important sur le lestage. Des inserts métalliques (laiton, plomb ou tungstène) judicieusement disposés permettent de donner aux leurres des densités très précises. L’emplacement du lest joue aussi sur les caractéristiques de nage de chaque modèle. Un lestage axial situé bas dans le corps du poisson nageur favorise le mouvement de rol-ling, c’est-à-dire le tangage partiel du leurre sur son axe de gravité. Par contre, il faut savoir que plus le lest sera réparti, plus la possibilité de lancer ce leurre se réduit. Certains modèles présentent des masse-lottes mobiles qui permettent une bonne distance de lancer. Ces billes métalliques, guidées par un rail interne, sont positionnées en queue de leurre au moment du lancer et se retrouvent idéalement positionnées dès que l’on entame la récupération (photos ci contre). Bref, l’imagination des fabricants dans le domaine du lestageest sans limite. Il faut savoir que ce paramètre influence fortement le comportement du leurre lors du lancer et de la récupération. La conception du plombage et la forme globale du leurre ont également de fortes répercutions sur les possibilités d’animation.

LE COMPORTEMENT

Les poissons nageurs modernes en général et les jerkbaits en particulier se prêtent à de multiples animations. Leur développement dans les bureaux d’études fait l’objet de longues analyses et de périodes d’essai où l’imperfection est systématiquement recherchée pour l’annihiler. On peut dire aujourd’hui que la plupart des maisons sérieuses offrent des produits parfaitement adaptés et répondant à des critères d’utilisation très précis. Une telle précision de fabrication est indiscutablement un atout mais a pour contrainte qu’il faut accepter, quelle que soit l’affection que l’on porte à un modèle, qu’il n’est pas toujours adapté à l’instant T.
Notre poisson nageur présente naturellement des comportements de nage que l’on observe à merveille en récupération linéaire.

Deux principales actions méritent d’être développées

1) Le WOBLING : peut se traduire par le terme de frétillement. En fait, cela donne l’impression que le poisson tremble tout au long de la récupération. Le poisson nageur reste bien droit comme guidé par un rail mais sa tête se désaxe en permanence à droite puis à gauche. Cet effet est obtenu en cumulant les effets d’une partie plane (comme un bateau à fond plat) en bas du leurre et d’un lest groupé et centré dans le corps du poisson nageur.

2) Le ROLLING : dont nous avons déjà parlé présente la particularité de permettre au jerk-bait de montrer régulièrement ses flancs à la vue des prédateurs. Cette nage est beaucoup plus chaloupée et est issue d’un lestage plutôt réparti, d’un centre de gravité bas et d’une section plus ronde.

II faut également signaler une troisième possibilité en terme de nage. Les progrès incessants des designers ont permis de générer de la souplesse au corps du poisson nageur. Cette souplesse peut être obtenue de différentes façons.

Le poisson nageur présente par exemple une ou plusieurs articulations. Le principe de la segmentation utilisé par LUCKY CRAFT pour ses SASARA est à ce titre particulièrement intéressant. Enfin, le plus spectaculaire en terme de souplesse reste bien évidemment le procédé utilisé par ILLEX pour le très célèbre MASK. Le corps en élastomère insérant un axe souple permet à ce poisson nageur d’obtenir une nage imitant de manière très réaliste celle du poissonnet se déplaçant.

LES ANIMATIONS POSSIBLES

En fait, un jerkbait peut avoir un type d’action bien marqué ou plutôt jouer la polyvalence en cumulant plusieurs types de nage, avec des effets relativement atténués. Qui plus est, l’intérêt du jerkbait réside dans le fait que le pêcheur peut lui donner plusieurs types d’animation qui viennent ainsi renforcer sa qualité de nage initiale. En effet, l’action du pêcheur est importante pour renforcer les effets du poisson nageur. Sont ainsi susceptibles d’être utilisés :

1) Le STOP AND GO : qui consiste tout simplement à récupérer le leurre de manière régulière avec son moulinet puis d’arrêter cette récupération quelques secondes avant de recommencer un nouveau cycle. Ce type de récupération, parfait avec les suspending, imite à la perfection le cheminement plutôt paisible d’un petit poissonnet en vadrouille. Idéal pour convaincre des poissons peu actifs ou farouches.

2) Le TWITCH : est une petite tirée de la pointe de la canne. Le scion pointé vers la surface de l’eau, on imprime de petits tremblements à notre poisson nageur. Cette nage erratique imite de manière assez réaliste le comportement d’un petit poissonnet complète ment paniqué. Il change alors en permanence de direction et cela reveille l’instinct d’un prédateur. Une proie potentielle passe à proximité et semble effrayée éventuellement par un prédateur, voilà de quoi déclencher l’attaque du carnassier.
Lors des mouvements de twitch, le poisson nageur se trouve inévitablement déséquilibré. Les éventuelles billes bruiteuses se mettent à chanter leur air de crécerelle et les poissons nageurs montrent leurs flancs. Les modèles possédant un bon rolling sont donc bien adaptés à la pratique du Twitch.

3) Le JERK : correspond à une longue et brutale tirée. On effectue ce mouvement latéralement de telle sorte que le leurre accélère très rapidement sur un ou plusieurs mètres. Cette manœuvre, particulièrement efficace avec des jerkbaits présentant de bonnes qualités de frétillement, focalise l’attention du prédateur sur le leurre. Tous les signaux vibratoires et sonores sont poussés à leur paroxysme.

Cette stratégie est susceptible de convenir lorsque les poissons présentent deux comportements fort opposés. Sur des poissons franchement actifs, le jerking peut les faire réagir de fort loin (plusieurs mètres pour des brochets par exemple). Sur des poissons très peu actifs, le jerking peut avoir un caractère très provocateur et permettre de surprendre ces derniers. Enfin, il faut savoir qu’un carnassier peut toujours avoir des réactions d’hostilité au bout de plusieurs passages particulièrement sonores, il arrive ainsi d’obtenir une touche par agacement. Il est aussi possible et même très fréquent d’obtenir une touche sur une animation très soft alors que le même leurre animé brutalement a cloué le bec au poisson.

Il est bien entendu possible de panacher toutes ces animations et de tenter plusieurs effets sur un même lancer. Il arrive aussi que certains jours, toutes les animations conviennent sans exception au poisson et que les touches se succèdent. Néanmoins, si vous obtenez des touches avec un type d’animation, il est certainement judicieux de reproduire cette dernière au moins tout le temps qu’elle fonctionne, quitte ensuite à utiliser un peu plus tard une animation un peu plus douce pour convaincre les poissons plus retors.

_________________
Si Jeunesse savait et si vieillesse pouvait....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.carnavenir.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jerkbaits Minnows   Jeu 24 Nov 2011 - 18:41

Merci Nesta !!!! -) pour cet expo !
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Messages : 583
Date d'inscription : 01/11/2008
Localisation : Merville

MessageSujet: Re: Les Jerkbaits Minnows   Ven 25 Nov 2011 - 0:00

Super sympa encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://erics-fishing-trips.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Jerkbaits Minnows   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Jerkbaits Minnows
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Poissons nageurs : les jerkbaits..."
» Les Jerkbaits Minnows
» Bas de ligne fluorocarbon pour bigbaits/ jerkbaits ?
» BIG BAIT
» [Débutant] la pêche aux jerkbait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARNATOULOUSE :: techniques et matos-
Sauter vers: